La sculpture romane en Roussillon II. Corneilla-de-Conflent - Elne

De Marcel Durliat. Tramontane, 1958, 100 p.
12,00 €

Occasion, bon état

Troisième édition. Avec 40 gravures in et hors texte.

C'est à Saint-Michel-de-Cuxa et à Serrabone que la sculpture romane roussillonnaise a créé ses plus beaux thèmes. Les magnifiques chapiteaux de marbre rose sur lesquels s'épanouissent les grandes feuilles plates et où s'affrontent, dans d'éternels combats, les animaux fantastiques de l'Orient, offrirent des réussites si parfaites, qu'on se contenta dès lors de les copier avec des variantes infimes.

L'église de Corneilla-de-Conflent, trop peu connue, enrichit et affina le décor et emprisonna dans un élégant jeu de lignes, les mêmes compositions florales et les mêmes animaux.

Les artistes du Conflent, appelés sur le chantier d'Elne, poursuivirent leurs fictions dans le marbre blanc veiné de bleu. Dans ce même cloître, à l'époque où toute vie créatrice avait disparu des ateliers roussillonnais, de modestes tailleurs de pierre s'obstinaient encore à multiplier les reproductions fades ou même informes des vieux thèmes, au milieu de créations naturalistes d'un style nouveau.

Corneilla-de-Conflent, Elne, ce sont Saint-Michel-de-Cuxa et Serrabone qui continuent, c'est la survie de la sculpture romane dans la plaine roussillonnaise et dans nos vallées pyrénéennes, alors que le gothique triomphe dans les grands centres, mais c'est aussi la dégénérescence d'un art en un médiocre académisme.

 

Table des matières

Corneilla-de-Conflent

Origine et plan de l'église

Le portail : ses chapiteaux et son tympan

Les fenêtres de la façade et de l'abside

Le maître-autel roman

 

Sahorre et Fenouillet

Sahorre

Fenouillet

 

Le cloître d'Elne

Le plan. La construction des voûtes, selon Brutails

La galerie méridionale. Les chapiteaux du style de Corneilla-de-Conflent. Les sculptures de R. de Bianya et de son groupe. Elne, Ripoll et le Grossmünster de Zürich

Les pastiches d'Elne. Les galeries occidentale et septentrionale

Hypothèse sur la marche des travaux dans le cloître. Le cloître a-t-il été partiellement détruit en 1285

 

Tramontane, 1958, 100 p.

Auteur
Marcel Durliat