Donner-sa-langue-au-Diable-2

Donner sa langue au Diable - Vie, mort et transfiguration d'Antoine Verdié, Bordelais

De Philippe Gardy. Fédérop, 1990, 270 p.
10,00 €

Excellent état général. Tampons sur tranches et mention manuscrite en première page

Né et mort à Bordeaux, Antoine Verdié (1779-1820) est plus connu comme "Meste Verdié" dans sa ville natale : signe qu'il fut et qu'il demeure encore aujourd'hui, pour ses compatriotes, un personnage exceptionnel, à la fois symbole, miroir et bouc émissaire. L'essai de Philippe Gardy s'efforce de suivre, pas à pas, le destin de cet étrange écrivain, depuis ses origines populaires, à la veille de la Révolution, jusqu'à sa fin tragique et mystérieuse, cinq ans seulement après la publication de ses premières œuvres. Car Antoine Verdié a su mieux que personne prendre en compte, au cours de sa brève existence littéraire, les formidables bouleversements qui agitèrent la société méridionale tout entière entre XVIIIe et XIXe siècle : à Bordeaux comme ailleurs, la langue et la culture françaises font alors un progrès décisif dans toutes les couches sociales, y compris chez les plus humbles. Et Verdié, écartelé entre trois langues - le gascon, le français et un étonnant francitan qui fait le pont entre les deux premières -, met en scène cette mue longue et difficile dans une œuvre inclassable où se mêlent le grotesque le plus outré et le sérieux le plus compassé. Un théâtre d'ombres, de caricatures et de figures grimaçantes, où grouillent, sous le regard ambigu de Carnaval, les masques de la mort et du rire.

En fin de volume, François Pic fournit une très minutieuse Bibliographie de l'œuvre d'Antoine Verdié : on peut ainsi pour la première fois apprécier dans toute son ampleur et sa diversité une fortune éditoriale remarquable qui témoigne de la fascination exercée par l'écrivain bordelais.

 

Table des matières

Repas funèbre

 

Cocufier la mort

Le choix du roi

La chasse aux gasconismes

Écrire en occitan à Bordeaux, 1815

Antoine Verdié et les siens

Bayonne, 1810-1814

"Le vingt-deux octobre"

La traversée des langues

Marges et bas-fonds

Verdié et son double

La Mort de Guillaumé

Descente aux Enfers

 

L'écrivain mis en pièces

Bordeaux sans masque

Danse de mort

Alexis, ou le refuge

Fascination de l'autre : la Ruche d'Aquitaine

L'impossible désenvoûtement

Vertiges d'identité

"L'affreuse nécessité de devenir poète malgré moi"

Les fables du sujet

 

Bâtardise et renaissance

Verdié dramaturge : la veine française

Plaisirs de la bâtardise

Une institution littéraire occitane ?

Devenir l'autre

Les séductions de la renaissance

Un mannequin carnavalesque

Verdié / Galard

L'inacceptable déchirure

 

Essai de bibliographie des œuvres gasconnes et françaises d'Antoine Verdié, par François Pic

Table des illustrations

 

Fédérop / Section Française de l'Association Internationale d'Études Occitanes, 1990, 270 p.

Auteur
Philippe Gardy