Les hérétiques au Moyen Âge

De Martin Erbstösser. Les Presses du Languedoc / Max Chaleil, 1988, 232 p.
8,00 €

Occasion, livre en très bon état mais jaquette défraîchie

Beau livre illustré.

Il y eut très tôt au sein de l'Église chrétienne, des mouvements hérétiques de différentes tendances. Le point commun des hérétiques était de récuser les dogmes et les doctrines officiels et de leur en opposer d'autres, en se référant pour la plupart à la Bible et aux communautés chrétiennes des origines. Leur importance historique, leur diffusion varièrent au cours des siècles. Au Moyen Âge, époque à laquelle ils connurent leur apogée, les mouvements hérétiques gagnèrent des adhérents en masse et exercèrent une profonde influence sur l'évolution de l'Église.

Cet ouvrage traite des Pauliciens en Asie Mineure et des Bogomiles de la région des Balkans qui représentèrent la première grande hérésie et qui prirent de l'importance à l'échelon européen grâce à leurs missions en France et en Italie. L'analyse porte ensuite sur les hérésies en Europe occidentale entre le XIe et le XIIIe siècle, après les premières hérésies, avant et pendant la période de la querelle des Investitures ; l'éclairage est surtout dirigé vers les Cathares et les débuts du mouvements de pauvreté vaudois.

Suit enfin l'éventail largement ouvert des mouvements de la fin du Moyen Âge, l'hérésie de Fra Dolcino en Italie septentrionale, les Béguins du Midi de la France, les hérésies du Libre Esprit, les mouvements de masse des Vaudois de la fin du Moyen Âge et les Lollards anglais.

Outre les régions où ces mouvements se sont propagés, les structures sociales des adeptes, leurs doctrines, leurs formes d'organisation, l'accent est mis particulièrement sur les données sociales qui expliquent la naissance des hérésies et leur importance historique. Liés aux conflits politiques et sociaux d'une époque où l'Église avait investi quasiment l'ensemble de la vie spirituelle et la dominait, les causes et les objectifs des mouvements hérétiques ne se comprennent que replacés dans leur contexte.

Les réactions de l'Église aux attaques des hérétiques furent diverses : des actions militaires comme la Croisade des Albigeois contre les Cathares, l'instauration et l'extension de l'Inquisition, la création des ordres mendiants, une tolérance passagère à l'égard d'autres mouvements de pauvreté.

Pour réaliser ce livre, l'auteur s'est appuyé sur un grand nombre d'ouvrages, s'efforçant de rendre accessible à un vaste public une problématique parfois ardue.

 

Table des matières

Les hérésies rurales au début du Moyen Âge

L'héritage de l'Antiquité

Les Pauliciens, un mouvement hérétique de paysans-soldats

Les Bogomiles, une hérésie rurale du début du Moyen Âge

 

Les hérésies citadines en Europe occidentale dans le Haut Moyen Âge

Première apparition des mouvements hérétiques

Les hérésies à l'époque de la querelle des Investitures

L'ascension des Cathares, une Contre-Église

Le mouvement de pauvreté vaudois

 

La contre-offensive de l'Église catholique

La fondation des ordres mendiants

La Croisade des Albigeois

La victoire de l'Inquisition et le déclin des Cathares

 

Hérésies et conflits sociaux à la fin du Moyen Âge

Les Frères apostoliques sous Fra Dolcino

Chiliasme hérétique chez les Béguins du Midi de la France

Pauvreté et autodéification : l'hérésie des Frères du Libre Esprit

Le mouvement populaire vaudois

Les Lollards en Angleterre

 

Les Presses du Languedoc / Max Chaleil, 1988, 232 p.

Auteur
Martin Erbstösser