Soldats-languedociens-2

Armée - Guerre - Société : soldats languedociens (1889-1919)

De Jules Maurin. Publications de la Sorbonne, 1982, 752 p.
10,00 €

Traces d'usure sur la couverture, cornes, dos marqué. Intérieur très bon

La génération de 1914 a marqué l'histoire. Or, si les événements de la Grande Guerre ont été bien étudiés, ainsi que les hommes politiques ou les chefs militaires qui ont occupé le devant de la scène, on en connaît moins les acteurs ordinaires. Ce livre nous convie à faire leur connaissance à partir des jeunes gens issus des deux centres de Béziers et de Mende.

On les approche ici dans leur complexité d'hommes : rien n'est omis, ni l'anthropologique, ni le religieux, ni le culturel, ni le familial, ni bien sûr le social et le militaire. Car cette génération est confrontée - et de quelle façon - à l'institution militaire, à la conscription, au service militaire, à la guerre de 14-18. De quoi marquer une vie !

L'auteur, partant des registres matricules de recrutement traités par informatique, de nombreuses sources administratives, de documents privés et d'une enquête orale, nous donne une œuvre d'histoire sociale et militaire qui est aussi une étude des comportements collectifs et individuels, des mentalités profondes de toute une région à travers l'exemple de l'Hérault occidental et de la Lozère.

 

Table des matières

Sources et méthode

Les registres matricules de recrutement : source de base

Le fichier et son traitement informatique

Les autres sources

 

Le pays - Ses conscrits - Ses soldats

L'environnement et la sensibilité militaire

Le conscrit

"La classe"

L'heure du service militaire

 

La guerre vécue

Les mobilisés

Le brassage des hommes

Les pertes

La conduite du combattant et la reconnaissance de la nation

 

La guerre perçue

La nation en guerre

L'armée en campagne

L'expérience du combattant

 

Principales abréviations utilisées

Codes utilisés pour les analyses factorielles de correspondance

Table des figures

 

Publications de la Sorbonne, 1982, 752 p.

Auteur
Jules Maurin