Magiciens-et-illumines-Equinoxis-2

Magiciens et illuminés

De Maurice Magre. Équinoxis, 2014, 208 p.
15,00 €

Livre neuf

Réimpression de l'ouvrage de 1930.

J'ai voulu écrire l'histoire des messagers héroïques qui ont apporté le message au péril de leur vie, malgré la haine des méchants, la colère des aveugles volontaires, et malgré un ennemi plus redoutable qui était leur propre faiblesse.

Cette histoire est incomplète parce que beaucoup d'êtres investis d'une haute mission ont été oubliés ou dédaignés par les annales historiques et aussi parce qu'il en est d'autres que l'auteur ignore. Elle n'embrasse pas l'histoire des messagers les plus élevés, des fondateurs de religion. Ils sont connus dans leur vie et dans leurs doctrines et un nouveau récit n'apprendrait rien à personne.

Je me suis attaché à parler de maîtres moins sublimes mais plus près de nous.

Maurice Magre naît à Toulouse le 2 mars 1877. Fils d'un avocat et journaliste, il commence très tôt à écrire, et publie en 1895 son premier recueil de poésies. Deux ans plus tard, il monte à Paris, où il mène une vie de pauvreté et de débauche, et devient opiomane. Malgré cela, il devient, au fil de ses œuvres, un écrivain, poète et dramaturge reconnu.

En 1919, il découvre La doctrine secrète, d'Helena Petrovna Blavatsky ; sa bibliothèque commence à se remplir d'ouvrages spirituels, qui vont fortement influencer le reste de sa vie. Fortement attiré par les philosophies orientales (il écrira Pourquoi je suis bouddhiste en 1928), il n'en délaisse pas pour autant la Tradition occidentale.

Ses racines occitanes et sa nature rebelle et émotionnelle vont trouver dans le drame cathare du XIIIe siècle une cause à défendre. Se plaçant délibérément dans le sillage de l'historien protestant Napoléon Peyrat et de son Histoire des Albigeois (1872), il en épouse la vision romantique, parfois manichéenne et violemment opposée à l'Église de Rome. Il rencontre Otto Rahn, Déodat Roché, et écrit plusieurs ouvrages, historiques et romanesques, sur les Cathares et Montségur, dont il contribue à forger la légende. En 1937, il fonde avec Francis Rolt-Wheeler la Société des Amis de Montségur et du Saint-Graal.

Malade sur la fin de sa vie, il tient quand même à voyager jusqu'en Inde en 1937, afin d'y rencontrer Sri Aurobindo dans son ashram de Pondichéry.

Il meurt à Nice le 11 décembre 1941.

 

Table des matières

Apollonius de Tyane le voyageur

La jeunesse d'Apollonius

Apollonius dans "la demeure des hommes sages"

La mission d'Apollonius

Faiblesse et grandeur

Le Daïmon

 

Le Maître inconnu des Albigeois

Le Maître inconnu des Albigeois

La croisade

Les deux Esclarmonde

Montségur

La grotte d'Ornolhac

La doctrine de l'esprit

L'aubépine de Ferrocas

 

Christian Rosencreutz et les Rose-Croix

Vie et voyages de Christian Rosencreutz

Vrais et faux Rose-Croix

La rose et la croix

 

Le mystère des Templiers

Les initiés de l'action

Hugues de Payens et l'ordre des Assassins

Le reniement de Jésus, la sodomie, Baphomet

La chute de l'Ordre

 

Nicolas Flamel et la Pierre philosophale

Le livre d'Abraham le Juif

Le voyage de Nicolas Flamel

La Pierre philosophale

Histoire du livre d'Abraham le Juif

Les alchimistes et les adeptes

 

Saint-Germain l'immortel

Son origine

Énigme de sa vie et de sa mort

Les sociétés secrètes

La légende du maître éternel

Cagliostro le charlatan

 

Madame Blavatsky et les théosophes

Les Maîtres et le choix du messager

La vie phénoménale d'H. P. Blavatsky

La Doctrine Secrète

La tristesse des Maîtres

 

Équinoxis, 2014, 208 p.

Auteur
Maurice Magre